· 

J'ai obéi. P. 203-204.

De la part des victimes de la raison ordinaire, Sylvie Velghe, Nathalie Dale, Michel B*, Francis V*, etc., reconnaissants, aux gentils démocrates, nos bons aryens à nous, sans qui rien n'eût été possible, cet hymne au « facisme » qui résume si bien «  2014  », et l'éclaire.

 

J'AI OBÉI.

                              Sous l'immense plafond,
                              Des temples de la haine,
                              Hydre au souffle profond,
                              Dort la bêtise humaine.

Mes maîtres je les sers, en bon toutou fidèle,

Sans haine, quels qu'ils soient, et toujours avec zèle.

 

Ils m'ont dit d'obéir, je leur ai obéi,

Au saint nom de la Loi, pour l'amour du pays,

Pour la grandeur des dieux, pour des mots, pour la gloire.

Soumis, j'ai même cru que je devais les croire ;

Ils m'ont dit d'obéir, je leur ai obéi,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

J'ai, de leurs camps, été le scrupuleux maton,

Jouant servilement mon rôle de Ladon

De la pensée unique, ornière où l'ostracisme,

Y semant des ghettos, féconde le racisme.

J'ai, de leurs camps, été le scrupuleux maton,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

J'ai dénoncé, j'ai torturé, j'ai fusillé,

J'ai ri du paria lorsqu'il m'a supplié.

J'agis toujours au mieux, en ouaille exemplaire,

Quel que soit mon pasteur, je m'oblige à lui plaire ;

J'ai dénoncé, j'ai torturé, j'ai fusillé,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

Stalinien ou nazi, démocrate souvent,

J'épouse le rivage où me pousse le vent.

En servant, tour à tour, tantôt l'un, tantôt l'autre,

J'entonne avec entrain la même patenôtre ;

Stalinien ou nazi, démocrate souvent,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

J'ai vu, j'ai entendu, je n'ai jamais rien dit,

On ne doit pas savoir, puisqu'ils l'ont interdit,

Aussi ne sais-je pas, ma vie est un modèle.

Chaque fois qu'on m'enjoint de le faire, je bêle ;

J'ai vu, j'ai entendu, je n'ai jamais rien dit,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

Comme hier je l'ai fait, je le fais à présent,

Je le ferai demain, jusqu'à la fin des temps,

J'obéirai toujours, ma nature est ovine,

Car on n'a pas le choix, il faut ployer l'échine ;

Comme hier je l'ai fait, je le fais à présent,

En bon toutou fidèle,

Et toujours avec zèle.

 

Hors du troupeau je sais qu'il n'est pas de salut.

Je crains pour mon emploi, je tremble d'être exclu,

Pour bâtir la maison il faut bien que je bosse,

Je dois gagner mon pain et m'occuper des gosses ;

Hors du troupeau je sais qu'il n'est pas de salut.

 

Que dis-tu ? Cette larme ? Il faut que je l'essuie ?

Mais je ne pleure pas, c'est seulement la pluie.

 

KiE 2014.

Écrire commentaire

Commentaires: 0