· 

Vive les suicideurs, p. 109-111.

18/08/2017.
Qu'est-ce que la démocratie ? Le petit Papa Noël démocratique est-il vraiment aussi bienveillant qu'on le dit ? En effet, quand nous observons l'espèce de religion qui se présente comme « démocratie », nous constatons que si elle est particulièrement attentive à protéger les intérêts des forts, des puissants, des accapareurs vicieux et de leurs clientèles, elle le fait souvent au détriment de la faiblesse, de la vulnérabilité, de ceux qui ne savent pas se défendre. La démocratie serait-elle une néo-féodalité ou une organisation de type spartiate ?
Que disent les choses quand elles se montrent à nous ? Prenant en compte ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes, en France, plus d'une personne sur trois ne vote pas ou vote blanc. D'autre part, parmi les personnes qui se rendent aux urnes, 25 à 30 % se prononcent en faveur de partis dénoncés par les démocrates intégristes (ce qui ne prouve donc rien) comme « hors système ». Au total, au moins 50 % des Français ne croient pas à la démocratie. Si la « démocratie » était aussi évidente que le donnent à penser les fanatiques qui la servent, les électeurs ne voteraient-ils pas pour elle dans leur propre intérêt ? Pourquoi ne le font-ils pas ? Serait-ce qu'ils ne la voient pas ? Et s'ils ne la voient pas ne serait-ce pas précisément parce qu'elle n'existe pas ? À moins que la voyant, ce qu'elle leur montre d'elle leur paraît à ce point repoussant qu'ils préfèrent la tenir à distance et ne pas avoir affaire à elle.
Tu votes, tu te fais niquer, tu ne votes pas, tu te fais niquer. Alors, réfléchis bien avant de faire le mauvais choix ! 

19/08/2016.

Résumons ! Nous avons, ici, les maîtres, là, les serfs ; ici, les dominants, là, les exploités ; ici, les jolies filles, là, les mâles conquérants ; ici, les vampires méritants et dodus, là, la vermine des parasites assistés ; ici, les femmes battues en prison, là, leurs bourreaux en liberté ; ici, les civilisés (ceux qui sont comme nous), là, les barbares (les autres) et tous sont « égaux en droit », conclusion, l'égalité est élastique. 

Maître R*, interdit d'exercer pour avoir osé jouer les Socrate, Mme Sylvie V*, tuée par la négligence d'un système de la protection inhumain, Mme Jacqueline S*, victime d'un harcèlement odieux de la part de ceux qui, s'ils avaient fait leur travail, lui auraient épargné l'enfer qu'elle a vécu, Nathalie D*, assassinée par la psychiatrie, etc.
Si la France est la fille aînée de l'Église, quoi d'étonnant à ce que sa Justice soit celle de l'Inquisition ?
Lorsqu'elle passe l'individu au broyeur de ses lois, lesquelles sont pourtant supposées garantir ses droits, on peut se demander, puisque l'humain n'est pas son souci, ce qu'elle est, cette démocratie, et qui elle sert réellement.
La réponse est évidente, ses lois servent ceux qui ont les moyens de se payer les ténors du barreau, les meilleurs conseils, les avis des experts, de soudoyer les faux témoins, de s'acheter une moralité bidon et les cautions qui vont avec, et surtout qui peuvent faire pression sur les contradicteurs (les vrais témoins) pour les contraindre au silence. Puisque, à la fin des fins, la marche d'un pays dépend d'eux, l'intérêt général, c'est toujours l'intérêt des puissants, c'est donc naturellement que les lois les protègent en priorité.
Si l'on est faible, si l'on est isolé, si l'on est sans défense, on se retrouve comme Mme S* persécutée par ces mêmes institutions consternantes en ce qu'elles n'ont pas su assurer leur devoir de protection à son égard ou à l'image de Mme Sylvie V*, morte horriblement, abandonnée sans soins par une « protection judiciaire » qui se donne le droit de réduire à l'état de choses des gens qui n'ont que le tort d'être vulnérables.

Écrire commentaire

Commentaires: 0