· 

LA PUTAINERIE TUTÉLAIRE. La France qui fabrique des fous, p. 15.

Comment la « protection » détruit-elle psychiquement un individu ? C’est simple, elle procède en deux temps :

1) Le cadre :

- Il suffit qu’il lui soit livré pieds et poings liés,

- sans possibilité de fuir ou se défendre,

- qu’il dépende en tout de son bon vouloir,

- qu’il soit isolé dans la vie et ne bénéficie d’aucun soutien extérieur.  

De la sorte la « protection » peut-elle l’incarcérer dans un in-pace mental aussi sûrement que s’il était derrière les barreaux de la plus solide des cages. Une prison qui présente l’avantage de ne pas se voir.

2) Les moyens : 

- « On » lui supprime ses libertés fondamentales,

- « on » le coupe de toute information, 

- « on » refuse de communiquer avec lui,

- « on » lui interdit de s’exprimer, 

- « on » lui dénie la possibilité de penser,

- « on » fait comme s’il n’existait pas,

- « on » le dépouille de son identité, de son humanité,

- « on » le réduit à l’état de chose, avec un statut comparable à celui d’un esclave, d’un légume ou d’un chien, sans plus de latitude qu’eux.

Parce qu'elles exercent lâchement leurs talents criminels sur des personnes qui leur sont confiées précisément en raison de ce qu'elles sont sans défense car psychiquement fragiles, leurs pratiques nous autorise à déclarer de ces boutiques de tutelle ou de curatelle que certaines appartiennent à la catégorie des boîtes à ordures.

Nul besoin d’être psychiatre pour saisir les prolongements psychotraumatiques d’un pareil traitement. Si « on » ne le comprend pas c’est qu’« on » veut ne pas le comprendre. C’est intentionnellement qu’est dressé autour des « protégés » un réseau de pseudo-communication dont la fonction est de les contraindre à la résignation. Que cela puisse provoquer chez eux un syndrome de dissociation, qu’est-ce qu’on en a à faire ? Les MJPM œuvrent sous couvert de la Loi, ils sont à l'abri, ils ne risquent rien, pourquoi se gêneraient-ils ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Dominique (lundi, 10 septembre 2018 22:01)

    Magnifique, il y a eu plein de commentaires élogieux sur FB

  • #2

    P. K. (mardi, 11 septembre 2018 00:38)

    Le but premier est de garantir les droits des protégés. Il faut que ce soit diffusé.

  • #3

    JM KANINDA (mercredi, 12 septembre 2018 11:45)

    Excellent. Il reste à mettre en place un embryon d'organisation pour ne plus laisser ces bandes de malfaiteurs se croire au-dessus ou en dehors des lois du vivre ensemble non ?

  • #4

    P. K. (jeudi, 13 septembre 2018 07:19)

    Armer une meute d'agneaux au royaume des loups et contre eux ? Oui, c'est toujours mieux que rien.

  • #5

    Jean-Thierry CAMUS (mardi, 16 octobre 2018 17:33)

    Excellent ! Ne pas oublier la guerre psychologique contre les aidants (c'est mon quotidien) par les mêmes procédés. Si la personne sous tutelle ne peut vivre sans son aidant, on casse l'aidant. Pour placer le-la majeur(e) protégé (e) en EPHAD, vendre son domicile pour financer l'EPHAD, jeter l'aidant à la rue (pour peu qu'il-elle soit bénévole sans revenus) et le tour est joué.

  • #6

    sandrine (mercredi, 17 octobre 2018 14:34)

    Idem nous sommes aidant, nous subissons cette mise à l'écart,ce qui psychologiquement est dur à vivre. le système n'est pas bon et corrompu